1452

Arnoul Greban, Le mystère de la passion, 1452.

VERONNE

O le plus parfait des parfais,
O tres vray Cristus a Dieu filz,
Oncques a ame ne meffis,
Et si portes peine tant dure,
Et ton corps begnin tant endure
Qu’il n’est huy plus piteux regard.
Je requier a Dieu qu’il te gard
Et te doint bonne pacience,
Si vray qu’en parfaicte innocence
Toute ta vie as voulu maindre.
Helas ! Ton cas est bien a plaindre ;
Quand ton corps es parties toutes
Gette sueur a grosses gouttes,
Il fault qu’il sente greif mischief:
si vouldray de ce cueuvrechief
torcher sa face precieuse,
qui jadis fut tant gracieuse
et ore est tant decouloree.

Icy demeure la face de Jhesus ou cueucrechief.
[POSE]

Or m’est l’emprainte demouree
Du saint viaire precieux
Dont je me tiens bien honoree
D’avoir joyau tant vertueux ;
Si sera mon corps curieux
A le garder de ma puissance
Pour le doulx patron gracieux
Dont il me monstre la samblance.

Link al testo

Traduzione in italiano di Manu

Segnalata da Manu


GUTE-URLS

Wordpress is loading infos from clicart

Please wait for API server guteurls.de to collect data from
www.clicart.it/giacomo/Displa...